Les pluies printanières rechargent les nappes phréatiques

Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) a relevé une hausse des nappes phréatiques au début du mois de juin.

Remplies à moins de 25 % début mai, les nappes phréatiques ont remonté à un niveau « normal à supérieur à la normale » début juin, grâce aux pluies abondantes du printemps, selon un relevé du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).
Après une tentative de remplissage inefficace en début d’année, ce sont les pluies des mois d’avril et de mai qui ont amélioré la situation de près de la moitié des nappes. Certes, l’autre moitié des réservoirs affiche toujours un niveau en dessous de la moyenne, mais l’amélioration est répartie sur l’ensemble du territoire français (Sud-Est, Ouest, Centre, Est).
L’effet positif de la pluie permet de prévoir une évolution favorable pour 70 % des bassins, entre stabilité et augmentation. Cependant, près d’un tiers des nappes est toujours orienté à la baisse, ces nappes se situant dans des zones n’ayant pas reçu suffisamment de pluies. Une recharge sera donc nécessaire.

Ajouter un commentaire
Ajouter un commentaire